1
Au cœur de la nature, et la nature au cœur
2
Au cœur de la nature, et la nature au cœur
3
Au cœur de la nature, et la nature au cœur

Géographie et démographie

 

Sur les contreforts de l’ouest du Massif Central

La commune est limitrophe de la Haute-Vienne et, au plan géologique, se situe en continuité du sud-ouest du Limousin. Son territoire s'étend sur plus de 37 km2. Il est ainsi dominé par les formations cristallines métamorphiques (grès argileux, schistes et gneiss). C’est un territoire de plateaux entaillés de vallées orientées selon un axe général nord / sud-ouest. Il relève du sous-bassin versant de la Dronne, affluent de l’Isle qu'elle rejoint à Coutras. L'Isle elle-même se jette dans la Dordogne à Libourne [voir carte du bassin Isle-Dronne ci-dessous].

 

 

Au nord-ouest, la Haute Vallée de la Dronne, prenant parfois des allures de gorges, traverse le nord de la commune avant de former une frontière naturelle avec Saint Saud sur plusieurs kilomètres. C’est un trajet de rivière sauvage avec plusieurs sites remarquables , depuis le pont des Bradoux, les ruines des Vieilles Forges entre le Maine du Bost et le Montéchabroulet, le Moulin du Blé et le Trou du Papetier.  Son affluent de rive gauche, la Côle, alimente le Lac du Barrage. La Côle reçoit au sud de la commune, près du Moulin des Parcs, son propre affluent mialletais, le Coly.

>> Voir plus sur les circuits de randonnée

>> Voir plus sur le Lac du Barrage

 

Une population en cours de stabilisation

La commune compte désormais environ 630 habitants.La population est stable, voire remonte légèrement sur la période très récente avec l’arrivée de nombreux foyers de nouveaux résidents permanents, dont une part notable de ressortissants de l’Union Européenne ou du Royaume-Uni. Cette évolution récente met fin à la période de décroissance entamée depuis le début du XXIème siècle, et le passage au-dessous des 1000 habitants vers 1975.

 

 

 

 

 

Une quarantaine de petits villages et hameaux

Un peu moins de 40 % de la population réside dans le bourg et ses alentours immédiats, alors que l’essentiel de la population habite des lieux-dits. Il s’agit de hameaux, constitués quelquefois par une seule ferme autrefois, ou de petits villages qui pouvaient comporter plus de 15 ou 20 feux au XVIIIème siècle. Les villages les plus importants étaient ainsi Les Trois Cerisiers (à cheval aussi sur 3 communes de Haute-Vienne), le Montibus, Lacaud et Mamont